L’agriculture urbaine au Fairmont Reine Élizabeth


En mai 2011, l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth inaugurait son nouveau potager situé sur le toit principal, au sommet de l’édifice. Ce projet, mené par le comité environnemental, a été inspiré par l’engagement indéfectible du Chef exécutif en faveur des produits de proximité et des petites fermes artisanales.

Le jardin potager en bacs BioTop du chef Alain Pignard sur le toit de l'hôtel Fairmont Reine-Élizabeth à Montréal.

En effet, bien avant que l’agriculture urbaine ne devienne tendance, les chefs du Fairmont entretenaient déjà des liens étroits avec les producteurs locaux et menaient sans relâche un travail de découverte des meilleurs produits biologiques de saison à offrir à leurs clients. Il était alors naturel qu’ils rêvent d’un jardin afin d’avoir toujours, à portée de main, des légumes frais et à pleine maturité.

La brigade de cuisine n’en est toutefois pas à ses premières armes en matière d’horticulture ayant déjà fait plusieurs tentatives au cours des dernières années. Déjà en 1976, le chef Albert Schnell s’adonnait à la culture hydroponique dans ses cuisines afin de cultiver les fines herbes qu’il n’arrivait pas à trouver durant l’hiver. En 1994, le chef John Cordeaux décidait à son tour d’aménager un potager sur un toit arrière, accessible par une fenêtre du 4e étage. Puis, en 2010, l’hôtel renouvelait l’expérience avec un petit jardin de fines herbes logé à la mezzanine du restaurant Le Montréalais. Entretenu par le jardinier de l’hôtel, ce dernier essai connut un franc succès. Ainsi germait l’idée d’un toit-jardin, facile d’entretien et d’accès.

Le comité environnemental pris alors la décision de relever le défi de l’agriculture urbaine, comme plusieurs autres hôtels Fairmont, en installant un potager au 22e étage de l’hôtel, sur un toit qui bénéficie d’un plein ensoleillement.  Après avoir fait des recherches, l’hôtel a opté pour un concept novateur de culture hors-sol développé par des experts d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. Ce système horticole spécialisé dispose d’une technologie d’irrigation de surface et de réserve d’eau permettant un apport graduel d’irrigation et d’éléments nutritifs entièrement automatisé, créant ainsi des conditions de croissance optimales pour les plants. Plantés il y a un mois seulement, le jardin porte déjà fruit. Diverses variétés d’aubergines, de tomates prunes, betteraves, poivrons, bettes à carde, chicorée, radis, courgettes ainsi que des melons de Montréal et plusieurs types de menthe et de basilic poussent rapidement et donnent déjà des résultats surprenants.

Le chef exécutif Alain Pignard se réjouit de pouvoir cueillir lui-même ses légumes, fines herbes et petits fruits et croit que « si nous pouvions tous produire au moins une partie des aliments dont nous avons besoin en les cultivant de façon saine, sans substances chimiques et s’approvisionner chez les producteurs locaux pour le reste, nous poserions un geste concret pour l’environnement  et obtiendrons de savoureux résultats ».  Les cuisiniers sont quant à eux ravis de manipuler les aliments de la graine à l’assiette, contribuant ainsi à promouvoir l’agriculture urbaine. Les aliments récoltés entreront dans la composition de certains plats servis dans les restaurants de l’hôtel.  Les barmen concocteront également de savoureux cocktails chics infusés des herbes fraîches provenant du jardin.
En transformant son toit en potager, l’hôtel espère paver la voie au changement et inspirer les gestionnaires des tours avoisinantes à créer à leur tour des îlots de nature en hauteur au centre-ville.  La chaîne Hôtels Fairmont a pris le ferme engagement de réduire l’impact de ses hôtels sur la planète et Fairmont Le Reine Elizabeth reste fidèle à ses racines en adoptant des méthodes d’horticulture bio-actives et compostera ses plants et déchets végétaux à la fin de la saison.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter  Joanne Papineau, Présidente du Comité environnemental au 514 954-2208.

Communiqué L’AGRICULTURE URBAINE ATTEINT UN NOUVEAU SOMMET AU FAIRMONT LE REINE ELIZABETH reçu le 27 juin 2011

©Québec Vert – Médias Transcontinental SENC.

About these ads

Une Réponse

  1. Je suis ravie que de grandes institutions montrent le pas. Plus il y aura des initiatives du genre et plus le public sera sensibilisé à cette noble cause. C’est un incontournable. Je connais ses bacs pour les avoir utilisés et installés sur un toit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: